Open The Gate : When Music Pays For Self-esteem

alixjulien2  Open The Gate: When Music Pays For

                                                      Self-esteem                          

Submitting a compact disc to the general public is a way of recognizing a work done, over a period of time. It is also a way of exposing one’s vision of the world, sharing one’s own tastes and aesthetic bias. It is among other things and above all a quest for posterity. However, producers of tangible and intangible cultural goods, closed in their creative universes, do not always realize that to expose is to expose oneself.

Open The Gate, the latest compact disc of Alix Julien features thirteen tracks; Unaware, Time Machine, Open The Gate, Anba Dada Yo, Boom, Lovana, Samba Badou, Peasant Declaration, Pawòl Polo A, Truth, Or Pati, Brigitte Bardot and Brigitte Bardot (remix).

The work is presented in a six-page black cardboard pocket. Cinthia Diaz, the guest artist, Alix Julien and her guitar pose for the front cover. The original songs or songs are written or selected by Alix Julien. The entire work is arranged by Alix Julien, Chico Boyer, Christopher Fletcher and Rousseau Telfort. The disc compact is recorded in 2016 at Kamoken Studio by Chico Boyer and in other studios of Brooklyn.by the a

It is usual to congratulate Alix and the accompanying team for taking this initiative, in the current, rather expensive, time to produce a compact disc, with an author’s account. Reporting to the author is no small matter.

The artist must create the melodies, write the texts (if he is a lyricist) or solicit them from someone else if he knows his limits. Then he must make the arrangements or failing adequate skills contact an arranger. It is only at this precise moment that he contacts a recording studio, recruits musicians to produce the work. So much investment, for a product that often will live only the space of a flickering. This incites all music critics to take into account the pluralistic sum of effort required to create and produce a compact disc.

The first three tracks of the disc (Unaware, Time Machine and Open The Gate, borne by Cinthia’s voice, seem to augur a new era in Alix Julien’s musical career, if we stick to what he has done so far.

These songs are sufficiently ventilated, to deliver a strong emotion, in a density that invites the listener to listen a second time (Unaware). Arrangements do not betray the thick overpowering voice that attempts, not without difficulty and in vain, to express enthusiasm and freshness that could have contributed to the song success.aaaaa…….o e

Without pretense or grandiloquence the voice of Cinthia surges on chords, often perfect, supporting melodies, carrying words that suggest ideas, according to an order previously defined by the author. The listener, amazed and captivated by this assumed talent, is ready to erase, at times, the poverty of the verb, in order not to spoil the pleasure exposed by the tight overall rendering.

Slipping from one note to another, the singer aligns a succession of sonic flakes laden with beauty and youth, without taking into account the entanglement of the figures (phrasing) and the fathoms produced by the k-board, which creates a sensation of redundancy in the layer This pushes the voice within its limits, reducing its functional abilities. Nevertheless, it avoids drifting beyond the limits, whereas the tonal envelope is not made to measure (Open The Gate).

Chico Boyer’s (bass) remarkable key is easily recognized on tracks 2, 4 and 7. Other musicians such as Serge Décius, Fito Vivien, Arei, Ashira Love and Ronsard Robillard also took part in the recording.

The first three songs would be enough. But for generosity, the author could have invited other equally compelling voices like Ronald Kalil to gather around Cinthia, for greater success.

As soon as he approaches the fourth track, the listener seems to be scammed/betrayed. He has the feeling of sliding into an an-harmonic imbroglio where the voice (as the main instrument) seems to find no place. It destabilizes the entire architectural structure at each intervention. Medium attack, poor breathing, porosity, previous warm-up none, slippage of a coma the other frequent, voice badly posed, chest and head, finally all the indices denouncing the defects of a music lover who does not have the mastery of his voice. The melody carried by the voice attacks the chords as an alteration, unresolved, in a range where there would be none. And, ridiculously ridiculous, the artist betrayed the original scope of Open The Gate by choosing to mimic an apprentice wizard of the Haitian showbiz.

For the success of the compact disc Open The Gate, it would be better that Alix Julian remained in his role of accompanying guitarist. This would have combined to bring this compact disc to a dimension never reached by the latter. By accepting to make this little ‘sacrifice’, he would have consolidated himself in his role as composer, lyricist and/or even arranger. Why not ?

But he wanted to expose himself in the skin of the main singer, that he is not. Thus, it becomes fragile and at the same time, the whole of the work. He chooses to further promote his self-esteem. It is in this sense a decisive moment in the artist’s career. So many reasons for a place for Open The Gate in your collection of CDs.

I look forward to the next compact disk of an Alix Julien grown and improved by the judicious advice of his fans and friends.

Prince Guetjens

Art critic

Advertisements

PRINCE GUETJENS’ SHOW

JEUDI SOIR  9h – 11h

9h :           Intro

9:20h        Yon jou kou jodi a      Claudy Chouloute

9:25h        Listwa o sengilye        Bel’Amour

9:30h        Ledikasyon                  Alex Bruno

9:35h        Pawòl Fanm                 Jocelyn Gay

9:40h        Konsèy Sante               Margareth

9:45h        Kalfou Byennèt           Ronald Kalil

9:50h       Pwovèb Lakay              Manno Mercier

9:55h       Ti Koze Sou Dwa          Pè Maximo

10:00h       Economie                   Garry S.

10:05h     Art Visuel                      Florestal

10:10h     Pause

10:15h     Yon Lot Son Klòch     P. Guetjens

w.tuneIn.com/taynoradio
usa17.fastcast4u.com:5504
w.taynoradio.facebook.com
w.taynoradiowordpress.com
TEL : 718-303-2355

L’Art Haïtien dans le Lobby d’un théâtre

Sans cor ni trompette une exposition d’art haïtien a été organisée à l’occasion de la prestation de Lauryn Hill au King’s Theater fraichement rénové en Avril dernier. Cette exposition réalisée en partenariat avec le MoCADA, Haiti Cultural Exchange et Nader Haitian Art n’a pas mobilisée grand monde, puisqu’elle n’a pas été annoncée longtemps au paravent.

J’ai été mis au parfum par un membre de ma famille au soir du vernissage, ce qui ne m’a pas empêché de m’y rendre dès le lendemain, voir de quoi il en était exactement. Il s’agissait effectivement d’une exposition d’oeuvres artistiques et artisanaux; peinture, installation, sculpture, drapeaux vodou, et autres objets.

La sélection des tableaux est faite de manière assez inégale. La disposition dénonce un manque réel de savoir-faire dans ce domaine. Le regard même initié se serait perdu comme un novice au milieu de cette variété d’oeuvres qui venaient de toutes les époques, de toutes les écoles et de tous les horizons. En dehors du qualificatif “haïtien”, ou d’un rassemblement d’objets hétéroclites permettant à quelques étrangers de découvrir de manière brute ce qu’est l’art de cette région du monde, rien n’explique que ces oeuvres puissent partager une même espace d’exposition.

Les jeunes artistes de la diaspora se retrouvaient ainsi côte à côte avec des célébrités qui ont placé la créativité haïtienne sur le rebord du monde. N’étant pas au courant des critères qui ont présidé au choix des peintres, je me contente donc de dire ce qui m’a tout de suite sauté aux yeux.

L’exposition s’ouvre sur la silhouette d’une déesse noire, parée d’une robe de paillette or et bleu sur fond sombre. Son cou longiligne est valorisé par un tour en or qui renvoie le scintillement d’une aura mettant en exergue les moindres parcelles de vie de cette divinité exotique.

 Il y a eu des oeuvres dans cette exposition, qui dans une disposition autre, auraient pu briller/séduire. Mais, il parait que le curateur n’ait pas pris le temps d’évaluer les matériaux à sa disposition, avant de faire le travail. Les toiles sont placées les unes à coté des autres, sans aucune recherche esthétique et dans une incompréhension totale de l’effort consenti par ces créateurs pour produire ces différentes conceptions du monde.

Osons espérer que la prochaine fois l’équipe de Haiti Cultural Exchange fasse appel à des spécialistes pour l’aider à mieux faire.

Prince Guetjens (Critique d’art)

Sanba ZAO et Lakou Mizik à New York

13131689_10154023355516830_300223248169580529_oEn collaboration avec 651 ARTS et BRIC, Haiti Cultural Exchange a présenté le Vendredi 6 Mai dernier, Sanba ZAO et Lakou Mizik au BRIC House Ballroom, dans le cadre des activités de “Selebrasyon” Printemps – Été 2016. Le public a répondu à l’invitation comme pour venir à la rencontre de la musique traditionnelle haïtienne, portée par Sanba ZAO; cet artiste atypique, l’un des pionniers de la seconde vague de musique vodou, dite “rasin”, apparue dans la capitale haïtienne vers la fin des années ’70, début des années ’80.

Le répertoire de Lakou Mizik est constitué de musiques traditionnelles, folkloriques ré-adaptées et des compositions originales de Sanba ZAO, portées par des arrangements utilisant des accords parfaits pour des mélodies simples, parfois complexes, mais toujours données dans la valorisation des couleurs locales.

La structure du groupe est composée d’instruments d’origine occidentale comme la guitare, l’accordéon, la basse, la batterie et d’autres instruments plus exotiques comme les tambours, les cornets, la cloche et le tchatcha. On est plutôt éloigné de l’univers originel et onirique de Sanba ZAO qui aime à surfer sur des airs soutenus par ses « kannari », des tambours à cordes, rehaussés par une chorale de six voix donnant la réplique au chanteur principal.

Dans ce nouveau décor orchestral offert par Lakou Mizik, Samba ZAO est confiné dans un rôle de percussionniste (tambour) au second rang, avec des sorties éclair en lead-vocal, au devant de la scène, pour bousculer les limites évidentes de ce jeune groupe peu expérimenté et forcer le public au respect. Dans ce concert les exploits artistiques de ce dernier sont utilisés comme substance principale, pour muscler le ventre mou de la performance collective. À côté de lui, Steeve Valcourt au premier rang avec sa guitare et sa voix, Jonas Attis et d’autres jeunes bourrés de promesse.

On ne peut pas vraiment, pour l’instant, évaluer la portée culturelle d’une pareille initiative, encore le sérieux de son organisation. Mais elle aura servi au moins, à rassembler beaucoup de gens autour des valeurs haïtiennes en terre étrangère. Et c’est déjà cool.

Prince Guetjens (Critique d’art)

Les Fêtes Vénitiennes à New York

 

LES FETES VENITIENNES -
LES FETES VENITIENNES – Compositeur Andre CAMPRA – Direction Musicale : William CHRISTIE – Mise en scene : Robert CARSEN

Le Brooklyn Academy of Music (BAM) situé au cœur de la zone touristique de Brooklyn, a accueilli les 14, 16 et 17 Avril derniers Les Fêtes Vénitiennes ; un opéra comique français qui continue d’émouvoir le monde.

Cet œuvre gigantesque conduit par William Christie et dirigé par Robert Carsen est un opéra-ballet d’André Campra, avec un prologue et trois entrées – Le bal, Les Sérénades, et l’Opéra – présenté pour la première fois à l’Académie Royale de Musique en 1710. Cette Opéra-comique qui met en scène des intrigues galantes et malicieuses sur un fond de carnaval de Vénise a été créée sur un livret d’Antoine Danchet.

Pour se faire une idée de ce qu’est exactement ‘’Les fêtes Vénitiennes’’, il faut remonter au siècle dite des lumières. À cette époque, l’opéra essayait de se réinventer pour sortir de la période pas très glorieuse de Louis XIV. La plupart des auteurs se tournaient vers la comédie et ses accoutrements propres : l’intrigue, la séduction, la galanterie des personnages, une diversité dans les propositions et la vie dont la sérénité de l’heure commandait, pour offrir une certaine joie  de vivre à cette société un peu triste.

Cet opéra va connaître un grand succès au XVIIIème siècle du fait de la présence de la danse. La danse qui, pourtant avait été intégrée au tout début dans l’opéra français, allait connaître enfin son apogée. Assoiffé de facilité et de légèreté, le public est rapidement conquis par cette formule qui ajoute des entrées à n’en plus finir. Malgré ce coté plutôt populo, l’opéra-ballet apparaît parfois somptueux et plaisant avec ses intrigues combinables à merci

À New York, récemment Les Fêtes Vénitiennesa offert un visage de toute jeunesse par la justesse de ton des actrices et acteurs convoqués pour la circonstance. Magali Léger, soprano (la Raison, Lucile, Lucie), Elodie Fonnard, soprano (Iphise, La Fortune), Rachel Redmond, soprano (Irène, Léontine, Flore), Emile Renard, mezzo soprano (La Folie, Isabelle), Reinoud Van Mechelen, ténor (Thémir, Un Masque, Zéphyr), Cyril Auvity, High ténor (Maître de Danse, Suivant de la Fortune, Adolphe), Sean Clayton, ténor (Démocrite), Marcel Beekman, ténor (Maître de Musique, Maître de Chant), Jonathan McGovern, baritone (Alamir, Damir, Borée), François Lis, bass Héraclite) ont brillé de mille feux sous la baguette de ce metteur en scène hors pair qu’est Robert Carsen.

Plus de trois siècles après sa création, l’opéra-ballet  Les Fêtes Vénitiennes continue de faire des émules un peu partout à travers le monde.

Prince Guetjens (Critique)

La Musique Populaire Haïtienne à New York

P. Guetjens, Adam Igins & AlegbaDès qu’on veut entamer une quelconque discussion sur la musique haïtienne, la musique dansante prête immédiatement le flanc. Puisqu’il faut commencer par là, disons qu’il est triste de souligner que ces cinq dernières années n’ont pas été clémentes à New York, pour la tendance musicale initiée par le saxophoniste Nemour Jean Baptiste en 1955 ou 1957. Nos musiciens restent cloîtrés à une même routine. Un bal par-ci et par-là, pour un public haïtien pauvre en nombre. On ne perçoit aucune volonté de la part des groupes et des “faiseurs de bals“, faute de responsables d’une industrie sérieuse, de pousser cette musique au-delà du mur.

Mais à coté, il n’existe pas grand chose non plus, au sein des autres tendances. Les musiciens haïtiens de ce coté-ci de l’atlantique vivotent au coup par coup, à défaut d’une véritable prise en charge, capable de canaliser et fédérer les énergies des créateurs. On peut compter aussi sur les doigts d’une main, les musiciens ayant quelque chose à exposer. Le milieu ne manque pas de “vedettes“, mais, très peu d’artistes.

Chacun veut paraître à tous les prix, parfois au détriment de lui-même, pour faire comme l’autre. En chaque guitariste, tambourineur ou n’importe quel autre instrumentiste sommeille un chanteur en puissance, qui attend son heure, sans prendre pas au sérieux, pour autant, l’instrument qu’est la voix. Ils ne respectent pas suffisamment cet instrument pour se soumettre à un apprentissage sérieux. Résultats, ils hypothèquent, sans le savoir, le peu de considération qu’ils avaient acquis au maniement de l’instrument qu’ils maitrisent davantage.

Aujourd’hui il est difficile d’énumérer avec certitude à New York les guitaristes qu’on peut au besoin, intégrer dans un projet artistique sérieux. Pour la plupart, les musiciens sont davantage portés vers “l’artitude“, pour reprendre un concept cher au poète Gary Augustin, qu’à travailler leur instrument. Ils s’exposent dans toutes les postures, à tous les “events”, avec ou sans invitation, en espérant ainsi pouvoir “percer” le marché américain. C’est à se demander dans quelle discipline ils veulent vraiment briller entre la musique, la mode ou autre chose.
Prince Guetjens
Critique d’art